jeudi 16 novembre 2017

ZAC des Batignolles - Un projet urbain à la française

Nous n'avions pas eu les JO en 2012, mais le site des Batignolles prévu pour le village olympique, un des derniers sites libres à Paris, restait à aménager sur les anciennes emprises ferroviaires. 

photo aérienne du site avant transformation 
C'est donc le projet urbain à la française dans sa plus belle expression (et classicisme) où l'on retrouve les notions de coutures urbaines, écoquartier et tout ce que j'ai appris en master d'urbanisme.  

Le quartier est organisé autour du parc au centre avec un jeu subtil de passerelle qui permet d'effacer la barrière que représente les voies de la petite ceinture. Cela permet de tourner le dos au faisceau ferroviaire de Saint Lazare, autrement plus large que celui de la petite ceinture.   

La petite ceinture traversant le parc 

Le nouveau palais de justice 
Au loin, on aperçoit le nouveau palais de Justice dessiné par Renzo Piano, imposant et léger à la fois. Prochaine étape j'imagine, améliorer la jonction entre le parc et le palais de justice qui est encore séparé de manière un peu rude par les boulevards des maréchaux. Question accessibilité, si le quartier est encore isolé, l'arrivée du prolongement de la ligne 14 vers Genevilliers et le tramway sur le boulevard des maréchaux va grandement améliorer la situation. La programmation est bien sur mixte avec équipements, bureaux et logements ce qui va accentuer le trafic. 








La partie plus bureau longe le faisceau ferroviaire et est encore en construction. Les passerelles viennent d'être mise en place et sont assez élégantes pour rejoindre la partie sud. 


Côté architecturale, c'est .... massif mais de bonne facture. Je m'aperçois avec plaisir que la mode change un peu même si je pense que cela fera assez daté dans quelques années. 



dimanche 5 novembre 2017

Pour tous ceux qui trouvent que les transports publics sont trop chers

campagne de sensibilisation Transports Bordeaux Métropoles TBM
A noter d'ailleurs qu'avec 33 % de taux de recettes sur dépenses, Bordeaux se trouve plutôt dans le haut du panier des réseaux français.  

Expérience scientifique - les effets de la force de coriolis sur le tourbillonnement de l'eau entre les hémisphères

Je ne fréquente pas beaucoup l'hémisphère sud (j'y suis allé une fois 3 jours, je vous passe l'aberration  carbone d'un aller retour avec Le Cap pour 3 jours). J'étais curieux de savoir si ce que j'avais appris en physique était vrai ou relevé de la légende urbaine. A savoir, est ce que l'eau tourbillonne dans deux sens différent que l'on soit dans l'hémisphère sud ou l'hémisphère nord grâce aux effets de la force de Coriolis.  Grâce à mon compère Florian partit vivre en Afrique du Sud, nous avons pu faire une expérience comparée que je vous  livre. Ouf on ne m'avait pas menti. 

Tourbillon hémisphère sud à Johannesburg, l'eau tourbillonne dans le sens horaire. 

          Tourbillon hémisphère nord à Paris, l'eau tourbillonne dans le sens anti horaire. 





mardi 31 octobre 2017

Zenzile Grand maître du dub (à la française :-)


Super concert de Zenzile à la Sirène à la Rochelle. 







Toujours transcendant et éclectique, le quintet angevin s'est augmenté de Zakia Galland au chant pour leur dernier opus "Elements". Peut être pas leur meilleur album mais des morceaux toujours aussi intense dont le titre "présence"






Néanmoins, moins brillant que le précédent opus "Berlin", musique originale sur le film ilm allemand de Walther Ruttmann réalisé en 1927 : Berlin, la symphonie d’une grande ville qui s'inscrit dans une lignée d'albums cultes. Cadeau ma playlist Zenzile sur deezer






Sound Patrol

Sachem In Salem

Meta Meta


Zentone

Electric soul

Modus Vivendi




jeudi 14 septembre 2017

Une idée folle ?




J'ai pu apprécier le documentaire "une idée folle"  de Julie Grumbach sur des écoles développant une approche un peu alternative de l'enseignement. Documentaire extrêmement rafraîchissant avec des enseignants, des chercheurs et des enfants très attachants. 

La commande du documentaire venait du réseau Ashoka qui construit et anime une communauté d'innovateurs sociaux. Cela donne envie pour ses enfants et pour soi même d'avoir une dynamique autour de l'école. 

"Tu me dis... j'oubli, tu m'enseignes...je retiens, tu m'impliques... j'apprends" Benjamin Franklin

Le propos liminaire explique que l'enjeu de l'école n'est plus de transmettre des savoirs en mode vertical mais d'apprendre aux enfants à devenir des citoyens dans un monde qui change, le savoir étant de fait disponible sur internet et notre capacité à affronter les défis du futur dépendra de notre capacité à apprendre. On y voit des instituteurs vivre passionnément leur métier fait de dialogue et de remise en cause permanente mais salvatrice. 

L'atelier de reliure 
Seul bémol pour ce documentaire, ces expériences sont présentées comme innovantes, mais..... déjà en 1904, le mouvement libertaire avait fondé à Rambouillet La Ruche. Celle visait à fonder une école axée sur l'enfant. La logique sous jacente était que l'école et la formation initiale pouvait ouvrir l'esprit de ces futurs adultes et aller vers une société utopique prônée par le mouvement libertaire. 
Le fondateur Sébastien Faure écrit déjà à l'époque « L'école chrétienne, c'est l'école du passé, organisée par l'Église et pour elle ; l'école laïque, c'est l'école du présent, organisée par l'État, et pour lui ; La Ruche, c'est l'école de l'avenir, l'école tout court, organisée pour l'enfant afin que, cessant d'être le bien, la chose, la propriété de la religion ou de l'État, il s'appartienne à lui-même et trouve à l'école le pain, le savoir et la tendresse dont ont besoin son corps, son cerveau et son cœur. » 

Bien sur, il y a aussi au début du 20ème siècle la pédagogie Freinet  des années 20 ou pédagogie Montessori qui continuent à être pratiquées et ont infusé dans l'éducation nationale. Le documentaire aurait gagné à inscrire ces projets passionnants dans l'histoire de la pensée pédagogique, d'autant qu'une des devises mise en avant est de Benjamin Franklin qui n'est pas un tout jeune. 

Egalement, l'école au coeur de la vie citoyenne et du village me rappelle ma jeune enfance en milieu rural avec mon instituteur et sa classe unique à 4 niveaux. C'était il y a un bout de temps (années 80) mais déjà l'école était le centre névralgique de la vie citoyenne du village, la pédagogie faite de projets collectifs (journal de classe, travaux pratiques...) et les parents mais aussi les anciens participaient activement à l'animation scolaire. Bref, peut être qu'à l'instar des AMAP et le fait de réinstaller des maraîchers à la périphérie des villes pour encourager les circuits courts, nous redécouvrons les vertus d'un certain mode de vivre ensemble (même si à titre personnel, j'ai fuit les côtés pesants des milieux trop étriqués socialement).  

Enfin et pour finir, habitant dans Paris intramuros, la principale limite de ces projets éducatifs passionnants est justement la question du vivre ensemble. Je ne peux, pour l'instant en tout cas, me résoudre à envisager un différentiel de traitement entre les enfants. C'est particulièrement vrai à Paris où l'inscription dans les écoles Montessori se traduit de fait par une ghettoïsation entre enfants de cadres sups teintés à gauche au détriment de l'éducation nationale. Mais j'ai envi de croire à l'éducation nationale et de lui faire confiance. Mais peut être je me trompe avec mon esprit jacobins 3ème république et nous devons diversifiés les modèles éducatifs pour que chaque enfant s'y retrouve.  








jeudi 31 août 2017

@ arcas


Mireille Mathieu 

Mireille Darc

Jeanne d'arc

Mais où est passée Jeanne Mathieu?