vendredi 11 mars 2011

Escapade à Rabat et Sale 2011





Dans le cadre de mon travail, je suis parti à Rabat une semaine. L'objectif est de définir la tarification au tramway de Rabat. Les conclusions ne sont pas flamboyantes, on a estimé qu'il y aurait 50% de la population qui n'aurait pas accès au tramway avec un tarif prévu aujourd'hui à 7 dh en raison de leur niveau de vie trop faible. Les conséquences ne sont pas neutres: la fréquentation attendue risque d'être moitié moindre en étant optimiste (ça la fout mal) et les recettes en lien devraient plonger. Dans le discours officiel local, mais peu de personnes du projet sont dupes, le tramway est censé s'autofinancer et générer des excédents. Pour une mise en service dans deux mois, le moins que l'on puisse dire c'est qu'il reste des gros points d'interrogation:
1. Les moyens  de mettre en service le tramway, il devrait être ouvert depuis le mois dernier et la liste des points à régler sont encore nombreux, il manque principalement le pont sur la rivière.
2. Des sous pour renflouer les caisses dans le futur (ils ont déjà du mal à payer les entreprises sur le chantier)
3. De bonnes excuses pour expliquer que le tramway est vide. 

Courage à l'équipe sur place, étonnamment jeune et dynamique mais qui n'a pas toutes les cartes en main.

De notre côté, nous avons fait un tour à Sale, de l'autre côté de la rivière, étonnante avec une atmosphère étrange, les rues sont vides, les murs défraichis. On a ressenti de manière directe tout le discours sur la dimension sociale du transport public et de son lien avec le droit à la mobilité.




Dédicace, l'ingénieur français a vu un beau tramway, l'ingénieur français est content. 



 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire